Après des décennies de vénération de Jean-Paul Sartre, en France et dans le monde entier, Albert Camus, son pendant humaniste et sa victime, est enfin reconnu à sa juste valeur.

La révolte sans renier le respect de l'homme, le conflit entre tentation révolutionnaire et responsabilité personnelle notamment, l'engagement sans la soumission à une idéologie totalisante : toute cette délicate dialectique rejaillit à travers Albert Camus.

Que l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine, président bling-bling, très-chrétien puis ridicule, veuille panthéoniser l'auteur de L'Homme révolté est précisément révoltant...

Parce que, toujours en campagne, le Président qui n'a jamais su endosser l'habit présidentiel, croit pouvoir redorer son blason sur le dos de Camus et de notre Panthéon...

CARDINAL DE RETZ

"Les grands hommes sont souvent de grandes raisons pour les petits génies."

Cardinal_de_RetzCardinal de Retz,

cité par Marie-France Garaud

à propos de Jacques Chirac se revendiquant du gaullisme

.

.

_______

Marie_France_Garaud

Lorsque Jean-Pierre Elkabbach et Alain Duhamel interrogèrent Marie-France Garaud, ancienne conseillère de Pompidou et de Jacques Chirac, Locuste redoutée du monde politique pendant des années, meurtière de Chaban-Delmas, d'Alexandre Sanguinetti, de Valéry Giscard d'Estaing et de bien d'autres, sur les références continuelles de Jacques Chirac à de Gaulle, elle cita le cardinal de Retz en expliquant que l'homme politique médiocre a toujours besoin de la caution d'un grand homme pour asseoir sa légitimité.

C'est pourtant elle qui avait mis en orbite Jacques Chirac et prémédité la non réélection de Valéry Giscard d'Estaing en 1981, en faisant démissionner Jacques Chirac de son poste de Premier ministre, en lui faisant fonder le RPR et enfin en le poussant à la conquête de la mairie de Paris.

Sa réponse cinglante sur Chirac, "petit génie" se servant du "grand homme" de Gaulle pour auréoler son action politique pourrait aisément s'appliquer à Nicolas Sarkozy qui voudrait panthéoniser Albert Camus.

Non seulement ce dernier eût été certainement meurtri par le sarkozysme, mais il avait, dans L'homme révolté, décrit par avance la situation postmoderniste présente de confusion de tous les principes, de déliquescence de la gauche - avec un PS dont le seul projet depuis 3 ans est le meurtre symbolique de Ségolène Royal -, conduisant à l'arrivée au pouvoir d'un "homme fort", au sens hégélien, d'un antidémocrate tel que le condamnait Simone de Beauvoir, d'un antirépublicain notoire : M. Sarkozy.

Voici une citation de cette oeuvre majeure :

L_homme_r_volt__de_Albert_Camus"Rien n'étant vrai ni faux, bon ou mauvais,

la règle sera de se montrer le plus efficace,

c'est-à-dire le plus fort."

Les origines de la prise de pouvoir du sarkozysme sont là...

____________

Rien de Camus ne correspond à l'inculture sarkozyste. On attendrait de lui plutôt la panthéonisation de Louis de Funès ou celle de Michael Jackson... comme il l'avait induite à sa mort.


Sarkozy : Jackson fait partie du "Panthéon" des Français
envoyé par Europe1fr. - L'info internationale vidéo.

Le pallium présidentiel ne lui sied toujours pas et tout concept ou bâtiment sacré qu'il touche se transforment d'or en plomb, mauvais alchimiste.

Il souillera le Panthéon, lieu de la sacralité républicaine...

Jaurès, Blum, identité nationale, politique de civilisation et désormais le choix d'un grand homme pour la patrie reconnaissante.


Quand Sarko récupère Jaurès et Blum envoyé par frankycoco. -

Ce président ridicule malmène la France et le peuple de France, méconnaît leur culture et leur patrimoine intellectuel.

Mais, chef de parti, Premier ministre et ministre à la fois, gouvernant au lieu de présider, il s'agit pour lui de préparer les élections régionales et de capter à nouveau les voix du parti raciste de Jean-Marie Le Pen, le FN.

"Petit génie"? Le mot est faible... Il n'est pas à la hauteur du Panthéon certes, génial encore moins...