Nous ne sommes pas en guerre... Nous ne sommes pas menacés par d'une invasion quelconque. La patrie est en danger certes, mais du fait du sarkozysme intérieur...

Car l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine, après avoir restauré privilèges et corvées de l'Ancien Régime, rétablit l'impôt du sang.

Après avoir menti aux petits retraités, après avoir détruit la Sécurité sociale et taxé médicaments, voitures non écologiquement non-polluantes, clés USB, téléphonie mobile et internet, assurances et mutuelles, détenteurs d'un poste de télévision, après avoir voulu taxer les travailleurs précaires pour financer le RSA; bientôt l'ensemble des ménages, en supprimant la taxe professionnelle : Nicolas Sarkozy imposera les malades et accidentés du travail pour rembourser l'argent des Français offert par lui - 15 milliards d'euros par an - aux hyper-priviligiés bénéficiant du bouclier social...

Rafistolage immoral - alors que la souffrance au travail et les suicices qui en découlent explosent - pour combler le déficit que l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine a lui-même creusé en faveur des ultra-riches...

Ségolène Royal, seule opposante constante à la politique de cette oligarchie, décline, en matière de santé, sa conception de l'Etat préventif. Prévenir plutôt que réparer les dégâts, comme la social-démocratie s'y est employée au XXe siècle : anticiper et accompagner en amont pour mieux combattre la destruction libérale d'un Etat-Providence aujourd'hui ruiné par la droite. 

DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN DE L'AN I  

 article 21 :  "Les secours publics sont une dette sacrée.

La société doit la subsistance aux citoyen  malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en en assurant les moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler."

D_claration_des_droits_de_l_homme_et_du_citoyen_en_1793

 

 

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de l'an I,

24 juin 1793

 

SEGOLENE ROYAL

"Au XXe siècle, les services publics et l'Etat-providence se sont développés par des règles uniformes et générales venant corriger après coup les difficultés ou les drames que chacun pouvait rencontrer dans sa vie. [...] Au nom de la haute idée de l'Etat que je me fais, au nom d'une volonté de la lutte contre les inégalités et en faveur de l'épanouissement personnel, j'estime que les services publics et la protection sociale doivent être réformés. Pour les repenser, il faut se mettre en tête que la lutte contre les inégalités se fait à la racine, avant même que les injustices ne verrouillent les destins. Cette idée d'un Etat préventif, qui intervient et investif prioritairement avant, plutôt qu'après, on peut la décliner dans bien des domaines."

Si_la_gauche_veut_des_id_es_de_S_gol_ne_Royal_et_Alain_TouraineSégolène Royal,

in Ségolène Royal et Alain Touraine,

Si la gauche veut des idées

 

 

NAPOLEON

"Que l'on frappe les plus riches, c'est une nécessité de guerre, mais les pauves, c'est une infamie."

Napol_on_a_dit_de_Lucien_RegenbogenNapoléon en 1796,

in Lucien Regenbagen, 

Napoléon a dit.

.

.

ROBERT CASTEL

"La situation actuelle est marquée par un ébranlement qui a récemment affecté la condition salariale : le chômage massif et la précarisation des situations de travail, l'inadéquation des systèmes classiques de protection à couvrir ces états.

[...]

Les notions que j'essaie de travailler - la déconversion sociale, l'individualisme négatif, la vulnérabilité de masse, la handicapologie, l'invalidation sociale, la désaffiliation - prennent sens dans le cadre d'une problématique de l'intégration, ou de l'anomie (en fait c'est une réflexion sur les conditions de la cohésion sociale à partir de situations de dissociation."

Les_m_tamorphoses_de_la_question_sociale_de_Robert_CastelRobert Castel,

Les métamorphoses de la question sociale

 

Après avoir détruit en son principe la sécurité sociale et la solidarité républicaine qu'elle avait permise, avec ses franchises médicales, après avoir démantelé les acquis sociaux arrachés de haute lutte aux nantis et aux pouvoirs royaux, "républicains" ou impériaux, après avoir assassiné Hippocrate ,en plein Paris, souille désormais sa tombe.

Le_combat_pour_la_s_curit__sociale

Après avoir fermé hôpitaux et crèches, taxé les médicaments, supprimé les postes d'aides à l'éducation à l'école, "dégraissé" les postes d'infirmières scolaires, raccourci le congé-maternité, après avoir voulu taxer les travailleurs pauvres pour financer le RSA : ap"rès tout cela il continue de détuire ce qui devrait faire notre fameuse "identité nationale"...

Les malades et accidentés du travail verront leurs indemnités journalières taxées, imposées...


Accidents du travail: la triple peine
envoyé par Moselle8. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Notre "République, laïque, démocratique et sociale" et pacifique se meurt. L'impôt du sang est de retour, comme le prouvait déjà ce témoignage poignant d'une malade du cancer.

Fran_ois_Miterrand_contre_les_franchise_m_dicales

 

Comme le disait en son temps François Mitterrand, la paix civique requiert la paix sociale...

_______

Les économies de "bout-de-chandelle" ne résoudront rien au déficit massif de la sécurité sociale. Le rédéploiement du bouclier fiscal, en sus d'un "grand emprunt" endettant encore plus les Français, est une nécessité.

La prévention des maladies ou des accidents de la vie, comme le fait Ségolène Royal avec la contraception préventive dans sa région, est plus que jamais d'actualité.


Ségolène Royal envoye un chèque contraception
envoyé par RichardTrois. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

La réaffirmation du Serment d'Hippocrate et de nos principes sociaux et républicains également.

Les Français vont désormais payer l'impôt du sang...

______

Vous pouvez lire l'appel et signer la pétition en ligne de:

-profes

sionnels de santé, acteurs du monde associatif ou médico-social,

représentants des usagers ou usagers du système de santé:

"Contre la franchise Sarkozy"

http://www.appelcontrelafranchise.org/index.php