La population grecque n'en peut plus. La jeunesse a violemment réagi au meurtre d'un jeune par des policiers. Mais si les parents soutiennent des émeutes qui durent depuis maintenant des jours et des jours, si aucun contre-mouvement violent ne vient soutenir la répression policière, c'est que c'est l'ensemble de la société qui est bloquée. Les "jeunes à 600 euros", ces sur-diplômés qui n'accèdent qu'à des sous-métiers ou sont obligés de cumuler 2 ou 3 emplois à temps partiel pour pouvoir se loger, souvent à plusieurs, sont le symbole d'une société et d'une économie qui subissent de plein fouet les effets de la crise économico-financiario-sociale européenne. La gabegie de l'Etat et du politique est aujourd'hui remise radicalement en cause. En France, après les discours compassionnels lénifiants du dernier Président élu, la désintégration de l'Etat-Providence et des principes de solidarité républicains par ce même Nicolas Sarkozy, la colère demeure sourde... Jusqu'à quand?

HANNAH ARENDT

"La fureur n'est en aucune façon une réaction automatique en face de la misère et de la souffrance en tant que telles; personne ne se met en fureur devant une maladie incurable ou un tremblement de terre, ou en face de conditions sociales qu'il paraît impossible de modifier.

C'est seulement au cas où l'on a de bonnes raisons de croire que ces conditions pourraient être changées, et qu'elles ne le sont pas, que la fureur éclate."

Du_mensonge___la_violence_de_Hannah_ArendtHannah Arendt,

"Sur la violence" in

Du mensonge à la violence

 

 

 

 

REPORTAGE EMEUTES JEUNESSE  ATHENES 2008

Vidéo envoyée par DOCUMENTAIREROOTS


Hannah Arendt abbhorrait les "philosophes de profession" fétichistes de la violence comme elle ne croyait ni dans les partis ni dans les "professionnels de la révolution". Et pourtant... Quand on peut aspirer à autre chose qu'à des conditions insupportables, la fureur doit pouvoir éclater.

Si la jeunesse grecque se révolte aussi violemment, c'est qu'elle sait qu'un "autre système est possible" et que l'Etat comme les politiciens leur ont trop menti, pour se complaire dans la corruption et le népotisme.

Le_pr_sident_Fran_ois_MitterrandComme l'avait dit François Mitterrand, pensant peut-être à une société qui ne serait plus que répressive :

"La jeunesse n'a pas toujours raison, mais la société qui la frappe a toujours tort.".

Le processus de pourrissement de l'Etat en Grèce est ancien. Le déclassement de sa jeunesse aussi. Et c'est pour cela qu'aujourd'hui, alors que les prix explosent et que les salaires baissent, les émeutiers s'adressent bel et bien à l'Etat et n'hésitent pas à manifester aux abords du Parlement.

La politique sarkozienne de désagrégation de l'Education nationale, de l'école, de la maternelle au lycée, des universités, les choix budgétaires favorables aux milliardaires, spéculateurs et autres rentiers, au détriment de la formation et de l'investissement dans les salariés et citoyens du futur, cette politique de "cruauté sociale" - qui s'attaque aux chômeurs, aux Anciens, aux familles, aux immigrés, qui méprise les PME - porte en elle un avenir très sombre.

Ségolène Royal - Japy
Vidéo envoyée par segoleneparis

Le 19 novembre 2008, à Japy, Ségolène Royal, après son ultime discours de campagne pour prendre la tête du Parti socialiste, développa une diatribe enflammée, à la Zola, contre la politique de destruction de l'Education nationale menée par la droite sarkozienne.

"La coupe est pleine. [...] J'accuse la droite au pouvoir de compromettre gravement l'avenir de l'Education nationale, j'accuse la droite au pouvoir d'en rabattre sur un investissement prioritaire pour la nation, j'accuse la droite au pouvoir de paupériser l'Education nationale, j'accuse la droite au pouvoir de porter atteinte à la dignité d'enseignant, de ne rien tenter contre l'échec scolaire et d'en fabriquer elle-même [...], j'accuse la droite au pouvoir de fragiliser les élèves, et notamment ceux des milieux populaires [...] qui vont payer le prix fort. [...] Et nous socialistes nous disons que la réussite républicaine passe par l'école, c'est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas."

La saignée des services publics et de la fonction publique, "le patrimoine de ceux qui n'en ont pas", comme le rappelait récemment Ségolène Royal, réchampit sur des principes républicains, souvent moqués mais intériorisés et impliquant que la jeunesse sait quelque part qu'"un autre monde devrait être possible", sur le faste insolent de l'Etat et la désinvolture à son sommet.

La situation française est bien différente de la grecque, pays pourtant membre de l'Union européenne. Mais si Nicolas Sarkozy ne change pas radicalement de cap, on peut craindre le pire pour l'Hexagone d'après Sarkozy.

Emeutes_en_Gr_ce

Celui-ci a beau invoquer la crise mondiale, comme une catastrophe naturelle à laquelle il ne pourrait que peu, sinon débloquer des milliards pour les banques puis soi-disant pour l'économie, au détriment du pouvoir d'achat et de la consommation, le sentiment d'injustice ira croissant.

Comme l'écrivait Hannah Arendt, "nous ne manifestons une réaction de fureur que lorsque notre sens de la justice est bafoué".

C'est le cas en Grèce, ce le sera en France, si ce n'est déjà.

___________

Le sauvetage en cours d'un système capitaliste dont la déclinaison actuelle est la société de masse de consom-munication, avec les horreurs sociales et culturelles qu'elle suppose, n'a rien d'un changement de cap de la part du locataire de l'Elysée.

Qu'il commence donc, en France, par annuler son fameux paquet fiscal rapportant des millions à quelques milliers. Qu'il arrête d'appliquer un keynésianisme à l'envers qui déchire la société française.

Qu'on ne nous parle pas d'un retour de l'Etat, dont le démantèlement accéléré le fera haïr, pour le meilleur et pour le pire.

La ploutocratie n'est pas la République, mais l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine n'a pas dû assister à beaucoup de cours d'éducation civique...

Que l'opposition de gauche - le parti socialiste et ses caciques surtout - cesse de se déchirer et comprenne enfin dans quelle société elle nous a jetés en favorisant Nicolas Sarkozy au détriment de Ségolène Royal.

_________

Vous pouvez signer la pétition en ligne de:

-la Confédération européenne des syndicats: "Pour des services publics de qualité, accessibles à tous"

http://petition.etuc.org/spip.php?article3