Depuis l'accession au pouvoir de l'ancien avocat d'affaires et maire de Neuilly-sur-Seine, Nicolas Sarkozy, l'image -sans même évoquer la sécurité- de la France ne cesse de se détériorer sur la scène mondiale. En outre, les mensonges du candidat Sarkozy apparaissent en pleine lumière. Aux droits de l'homme et du citoyen, on préfère les droits du banquier et du vendeur d'armes, involution lourde conséquences pour ce qu'était la République française... Puissance moyenne, pratiquant realpolitik parfois brutale, mais porteuse d'un message "universel" politique... Ce que n'a eu de cesse de rappeler Ségolène Royal, dont tant le programme européen, international que l'opposition aujourd'hui témoignent.

ALEXANDRE DUMAS 

"Si forte que soit la diplomatie des diplomates,

celle des marchands leur est toujours supérieure..."

Le_Collier_de_la_reineAlexandre Dumas,

Le Collier de la reine

.

.

.

SEGOLENE ROYAL

"Bien sûr, la politique étrangère de la France doit tenir compte, entre autres choses, des intérêts commerciaux légitimes de notre pays mais nous tomberions bien bas si son message et sa diplomatie y étaient subordonnés.

[...]

Les enjeux économiques sont importants mais toute notre histoire le prouve : c'est quand elle est fidèle à ses valeurs que la voix de la France est entendue.

[...]

Une France qui se respecte et croit en ses valeurs ne doit craindre aucun dialogue dès lors qu'elle est au clair sur les buts qu'elle poursuit. Notre politique étrangère doit se garder de deux écueils symétriques : l'impuissance de la prose moralisatrice et l'abaissement purement mercantile. Il en va de l'intérêt bien compris de notre pays et de notre capacité de peser pour l'avènement d'un ordre mondial juste."

Maintenant_de_S_gol_ne_Royal_avec_Marie_Fran_oise_ColombaniSégolène Royal

Maintenant,

Ségolène Royal répond à Marie-Fraçoise Colombani

.

 .

SEGOLENE ROYAL

"L'Europe a encore un rôle crucial à jouer dans la relation brutale qu'entretient l'Afrique subsaharienne avec les grandes institutions anglo-saxonnes que sont le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Ces deux organismes sont passés maîtres dans l'administration de posologies ultra-libérales qui provoquent sur les populations concernées des catastrophes. On réduit le nombre des fonctionnaires, on supprime les subventions à l'agriculure (mais pas aux Etats-Unis, mais pas en Europe...) et, pour faire bonne mesure, on réduit les dépenses de santé, les dépenses d'éducation.

[...]

Qui, mieux que l'Europe, pourrait lancer là-bas le moteur d'un développement durable?

L'Afrique n'est pas à nous. Elle est avec nous."

La_v_rit__d_une_femme_de_S_gol_ne_RoyalSégolène Royal,

La vérité d'une femme

.

.

.

L'arrivée en grande pompe, le 10 décembre 2007, à Paris du colonel Kadhafi, dictateur et terroriste en chef coupable de la mort de centaines d'hommes et de femmes, sera certainement célébrée par le journal télévisé de TF1, retransmise en direct sur LCI, avec maintes analyses hautement politiques sur le nombre de chameaux ou la taille de la tente bédouine qui prendront place dans le parc de l'Hôtel Marigny.

Kadhafi

 Peut-être glissera-t-on un mot furtif sur le fait que si la France et son président s'enorgueillissent encore des Droits de l'homme et du citoyen, cette visite d'Etat d'un des plus célèbres violateurs de ceux-ci peut éventuellement poser question.

______

On ne dira certainement pas sur TF1, qu'ajoutées à des bourdes grossières à répétition, les palinodies présidentielles continues, s'agissant de "sa" politique étrangère atteignent ici les sommets de l'immoralité politique. Les critiques relatives à l'invitation lancée par l'ancien avocat d'affaires et maire de Neuilly-sur-Seine, M. Sarkozy au dictateur libyen, sont d'autant plus vives qu'elles mettent à jour l'écart permanent entre les paroles et les actes propre à notre actuel président. Si l'on sait qu'il n'écrit pas ses discours, qu'il pense en grande partie par cerveaux interposés, le problème est qu'il agit bien lui-même, et qu'avec lui il engage la France entière.

Au soir de sa victoire, tout frais sorti du palace le Fouquet's où il venait de festoyer en premier lieu avec ses amis patrons ou vedettes, l'ancien avocat d'affaires, défenseur patenté des PDG en délicatesse avec la loi, avait soudainement déclaré à la foule: "la France sera du côté des opprimés tout autour du monde, car c'est son histoire".


Sarkozy à la Concorde
envoyé par lefigaro. - L'info internationale vidéo.

Après trois heures passées au Fouquet's en compagnie des plus grosses fortunes de France, Nicolas Sarkozy se rend enfin à la Concorde pour saluer ses partisans et leur livrer un message poncifiant sur la France du côté des opprimés et autres promesses vides de sens et contre lesquelles sa politique toute entière est dirigée

Ségolène Royal, son opposante à la Présidentielle avait avant tout rappelé le rôle historique de la France comme garante du droit international, adossé à sa responsabilité dans l'aide internationale aux pays pauvres, l'un n'allant pas sans l'autre.


079 SEGOLENE ROYAL ET LE MONDE
envoyé par latelelibre. - L'actualité du moment en vidéo.

_______

UN PRESIDENT SANS VISION POLITIQUE POUR LA FRANCE:

Qu'on se le dise M. Sarkozy veut "gouverner" à la place du gouvernement, violant plus ou moins tacitement l'article 20 de la Constitution. Mais il obtiendra satisfaction par une réforme des institutions, qu'il ne soumettra pas à référendum, lui permettant constitutionnellement de gouverner. Mais présidera-t-il? Car gouverner et présider sont deux choses différentes.

Le_pr_sident_de_la_R_publique__chef_des_arm_es

Le président de la République, chef des armées

Présider suppose avoir une hauteur de vue, une prudence, une constance solidement arrimée à une vision à long terme du  pays et de sa place dans le monde, ce dont manifestement, l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine est, malheureusement pour la France, dépourvu. Comme si la France n'avait plus de "boussole".... Maintenant_de_S_gol_ne_Royal_avec_Marie_Fran_oise_Colombani

Comme le rappelait Ségolène Royal dans Maintenant, "Le président de la République doit porter une vision du monde et de son évolution qui procède d'un choix de valeurs et repose sur une appréciation lucide des rapports de force. Il est le garant du rôle et des intérêts vitaux du pays mais aussi d'une certaine vision de la République et du type de citoyenneté qui s'y attache".

All_gorie_de_la_Prudence__tombeau_de_Louis_XII_et_de_Anne_de_Bretagne__basilique_de_Saint_Denis

La "prudence", une des vertus cardinales autrefois exigées des rois de France. Ici, l'allégorie de celle-ci sur le pourtour du tombeau du roi Louis XII et de Anne de Bretagne, à la basilique de Saint-Denis... Le miroir symbolisant la capacité de regarder en arrière, pour mieux affronter l'avenir. Vertu dont on ne saurait créditer hélas notre actuel président de la République... Qui certes n'est pas encore roi...

_______

La différence la plus nette entre les deux missions, "gouverner" et "présider", apparaît, hors crise, dans ce que l'on appelle le domaine réservé des présidents de la République. Ainsi la Constitution stipule-t-elle que: 

  • article 5: Le Président de la République veille au respect de la Constitution. [...] Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités.
  • article 14 : Le Président de la République accrédite les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires auprès des puissances étrangères ; les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires étrangers sont accrédités auprès de lui.
  • article 15 : Le Président de la République est le chef des armées. Il préside les conseils et les comités supérieurs de la Défense Nationale.
  • article 52 : Le Président de la République négocie et ratifie les traités. Il est informé de toute négociation tendant à la conclusion d'un accord international non soumis à ratification.

"Domaine réservé" à qui? A la personne du président de la République. Précisément. Les qualités humaines et l'intelligence, la perspicacité comme la faculté de comprendre le passé pour mieux s'engager dans l'avenir sont donc requises. Le monde étant complexe et fragile à la fois, on ne saurait exiger une hypothétique omniscience présidentielle. Des conseillers, traditionnellement discrets, parce qu'ils n'ont aucune légitimité démocratique, entourent et éclairent la personne du président.

Les_pr_sidents_de_la_Ve_R_publique_fran_aise

Les présidents de la Ve République s'étaient tous, chacun à leur façon, et malgré les tristes réalités de la Realpolitik, notamment en Afrique, inscrits dans le cadre gaullien stipulant que présider suppose qu'on ait "une certaine idée de la France", manifestement, M. Sarkozy n'en a pas

On est par contre en droit d'exiger du locataire de l'Elysée, sur la scène internationale, de la mesure, la fidélité à nos principes fondamentaux, la connaissance des lignes jaunes qu'il est toujours hasardeux de franchir lorsque l'on représente un pays à l'étranger, la conscience des conséquences que fait courir au peuple la parole présidentielle qui engage la "nation".

Ce_grand_cadavre___la_renverseOr, on ne peut que constater, dans ce domaine, la vacuité qui caractérise les gestes spontanés et les démarches hâtives de l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine, Nicolas Sarkozy. Ses qualités personnelles sont-elles ici en question? On peut se le demander. Sous la plume de Bernard-Henry Lévy, qui le connaît personnellement, on lit ce passage inquiétant, dans Ce grand cadavre à la renverse: "je m'avise aussi de ce trait qu'il a toujours eu, dont le temps ne le guérit pas non plus [...]. Tout dire, ne rien garder; un sujet qui laisserait tout sortir, réellement tout, ce qui lui transite par le cerveau [...]". Et de conclure, c'est le "seul être que je connaisse qui soit, à ce point, dénué de for intérieur...".

Yasmina Reza, chroniqueuse patentée et attentive, à sa façon, de la campagne présidentielle menée parL_aube_le_soir_ou_la_nuitl'ancien maire de Neuilly-sur-Seine, va étrangement dans le même sens. "L'observant à la mairie de Palavas-les-Flots écouter celui qui introduit son allocution, écrit-elle, j'ai l'impression de voir un petit garçon, debout, mains croisées, écoutant gentiment"!  Une agitation perpétuelle trahie par sa boulimie de chocolats et de bonbons qu'il engouffre, par ses tics d'agacement de la jambe qui provoque sans cesse l'affolement de sa chaussure à pompons [...]". Mme Reza d'ajouter: "Quand je dis dans son entourage qu'il a l'air d'un enfant, on me regarde avec stupeur". C'est peut-être que dans cet entourage, il n'y a que des enfants ou pus précisément, des adultes infantiles?

 Travaille__consomme_et_tais_toiPlus inquiétante relativement à notre sujet, cette conversation entre Nicolas Sarkozy et Henri Guaino, relative à la France, lors de la préparation du discours de la déclaration officielle de sa candidature, en date du 14 janvier 2007: "Henri: "Pour moi, la grande idée, c'est le travail". Nicolas: "Oui! Oui! Le fil conducteur c'est le travail!"".

Et Nicolas Sarkozy d'ajouter en substance que l'avenir de la France, c'est le travail...

Alors, on peut être en désaccord complet avec la perspective mitterrandiennede"l'Europe comme avenir de la France", avec celle de Chiracd'une France défenseur du "dialogue des cultures et du droit international pour un monde multi-polaire", on ne peut nier que les deux s'incrivaient encore dans le cadre gaullien de la France, "puissance moyenne mais grand logos", soucieuse de son indépendance nationale et porteuse d'un grand message transcendant les rapports de force militaires ou économiques, faisant plus ou moins consensus dans le pays.

Le "travail" comme avenir de la France, la production et la consommation, la guerre économique et la croisade pour la croissance, telles semblent être les convictions économistes, d'une pauvreté et d'une banalité absolues, d'un point de vue historique et politique, qui sont les piliers de l'affaiblissement de la voix politique humaniste de la République française dans le monde.

La France est en train de perdre son vieux statut de "nation politique" pour devenir une "nation de boutiquiers" comme une autre.

LES MENSONGES DE CAMPAGNE A LA LUMIERE DES FAUX PAS DE LA PRESIDENCE SARKOZY: APRES LA CHINE, POUTINE:

Discoussarkodtsdelhomme
Vidéo envoyée par di81

Le 28 février 2007, le candidat Sarkozy annonçait sa volonté de rupture avec la realpolitik bafouant les droits de l'homme dans le monde, attirant à lui nombre des figures pseudo-intellectuelles de la gauche humanitariste et antitotalitaire, tel André Glucksman. Une fois encore, devenu président, il fait le contraire de ce qu'il a promis. S'acoquinant bien mieux que Chirac avec le Bush de la guerre en Irak et de la francophobie, avec Poutine, Kadhafi, la Chine etc.

______

M. Sarkozy avait promis que sa présidence marquerait un tournant dans la politique étrangère française, en finissant avec le cynisme passé. Il avait fustigé les "poignées de main amicales" de Jacques Chirac avec Vladimir Poutine. La démocratie, la "bonne gouvernance", les droits de l'homme et la liberté de la presse constitueraient les clefs de voûte de l'action de la France de la "rupture" dans le monde. 

S_gol_ne_Royal_en_voyage_en_ChineEt pourtant, le dimanche 25 novembre, l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine et actuel président Sarkozy Rama_Yade__secr_taire_d_Etat_aux_droits_de_l_hommeentamait une visite d'Etat -la plus haute du point de vue protocolaire- en Chine.

Alors que pendant la campagne présidentielle, la question de la Chine et de son mépris pour les droits de l'homme avait servi de "missile" polémique aux partisans UMP de Nicolas Sarkozy contre Ségolène Royal, voilà que plus personne ne s'offusquait du fait qu'au dernier moment, la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, Mme Rama Yade était, par la volonté présidentielle, exclue du voyage d'Etat... Silence radio...

A cela, on ajoutera que l'accession du candidat très "droits-de-l'hommiste" Nicolas Sarkozyàl'Elysée n'a rien changé à l'hostilité de la France à l’embargo des ventes d’armes à la Chine, en vigueur depuis le massacre de Tian'anmen en 1989, tout comme à une réception du dalaï-lama.

Un_jeune_homme_d_muni_face___une_horde_de_chars__symbole_des_massacres_de_la_place_de_Tian_anmen_au_printemps_1989

Un étudiant face à une horde de chars, symbole des massacres de Tian'anmen en 1989

 Maintenant_de_S_gol_ne_Royal_avec_Marie_Fran_oise_ColombaniSégolène Royal, toujours dans Maintenant, estimait que :

"S'il nous faut tisser des relations avec cette grande puissance en ascension qu'est la Chine tout en ne taisant pas la question des droits démocratiques, ce n'est pas en premier lieu parce que la croissance impétueuse de son économie offre à nos entreprises des opportunités à saisir. Mais parce que le nouvel équilibre du monde en dépend et aussi peut-être, à terme, l'invention de son propre chemin vers la démocratie".

.

Diplomatie anticipatrice, responsable, réaliste mais aussi exigeante, que celle de l'adversaire socialiste de M. Sarkozy.


3ème jour de Ségolène en Chine
envoyé par skidoo. - L'info internationale vidéo.

_____

Nicolas_Sarkozy_et_Vladimir_PoutinePuis, M. Sarkozy, brusquement converti au "despotisme poutinien" -ou, à tout le moins, à une pratique du pouvoir sujette à caution-, dégainait le téléphone de la République française, le 2 décembre au soir, pour féliciter "chaleureusement" Vladimir Poutine, pour la victoire de son parti aux législatives.

Mais quelle mouche l'avait donc piqué? Croyait-il s'adresser en privé à un ami comme un autre, qui viendrait de remporter une belle mise à la bourse? Oubliait-il qu'il engageait ainsi la France? Qu'il mêlait la voix du pays à celle du président iranien islamiste, antisémite et prônant la destruction d'Israël? Et que, de par les contraintes européennes, il embarrassait l'Union européenne, qu'il avait prétendu avec arrogance avoir remis sur les rails avec la fable du mini-traité? Avait-il endossé son pallium de maire de Neuilly-sur-Seine, d'avocat d'affaires et laissé à terre l'habit présidentiel?

Quoi qu'il en soit, ces félicitations sarkoziennes, après une campagne russe marquée par des actes de terrorisation de Garry_Kasparov__opposant___Poutinel'opposition, par l'emprisonnement de l'opposant Garry Kasparov, mondialement connu, par des manquements manifestes aux règles élémentaires du scrutin démocratique, ont choqué toute l'Europe et jusqu'aux Etats-Unis eux-mêmes.

Ainsi la Maison-Blanche, par la voix du porte-parole du Conseil national de sécurité, Gordon Johndroe, déclarait dès les résultats que "les premières informations en provenance de Russie incluent des accusations de violations électorales", exhortant en conséquence, le pouvoir russe à "enquêter sur ces affirmations".

Le même jour, la chancelière allemande, Angela Merkel, estimait à la radio qu'"on ne peut transposer à cent pour cet à la Russielechemin démocratique emprunté par l'Allemagne". Elle tranchait sans barguigner: "la Russie n'était pas une démocratie et n'est pas une démocratie". Point de congratulations possibles donc.

Un porte-parole du président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, lâchait quant à lui ce commentaire sibyllin relatif à l'attitude française: "Aucun appel téléphonique[de la part de la Commsission européenne] n'est au programme à ma connaissance"...

Quai_d_Orsay

Le quai d'Orsay, un lieu écrasé par l'hyper-présidence infantile de M. Sarkozy

Bref, pour sauver l'honneur, le ministère des Affaires étrangères laissait Pascale Andréani tenter de réparer la casse en clamant dans le désert qu'il fallait que Moscou fasse "toute la lumière" sur les fraudes présumées... Mais qui connaît le ministère des Affaires étrangères dans ce régime politique français inédit?

 Maintenant_de_S_gol_ne_Royal_avec_Marie_Fran_oise_ColombaniLà encore,Ségolène Royal avait prévenu... "Dans le discours du 11 février à Villepinte, j'ai pris l'engagement de mener une politique étrangère qui ne courbe pas l'échine devant les puissants et ne justifie pas les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et les épurations ethniques au nom de la prétendue "relativité" des valeurs démocratiques. Je crois, par exemple, que nous aurions dû être beaucoup plus fermes avec le Président Poutine quand il rasait Grozny et laissait ses militaires se livrer, contre les civils tchétchènes, à de très graves exactions. Je crois que nous ne devons pas laisser s'oublier, s'effacer, le nom d'Anna Politkovskaïa, l'héroïque journaliste russe assassinée en plein Moscou dans des circonstances qu'il faudra bien éclairer, alors qu'elle était en train d'enquêter sur cette sale guerre de Tchétchénie."

La France eût pu encore se prévaloir, sans arrogance, d'avoir engendré une certaine déclaration des droits de l'homme et du citoyen...

FI DU TEMPS LONG DU POLITIQUE, FI DES GRANDS PRINCIPES, LE "BUSINESS"AVANT TOUT:

Toutes ces bourdes et imprudences, qui discréditent la France, s’expliquent certainement par cette absence de culture politique propre à M. Sarkozy.

Le discrédit politique de la France, dont on ne pourra évaluer la gravité qu’à long terme, disparaît face à l’amoncellement de contrats économiques exhibé par le président de la République après chaque voyage. Mais tout cela n’a rien d’original, si ce n’est qu’au passage les promesses de campagne de M. Sarkozy sont abandonnées. Et que de rupture, il n’est plus question.

La_Bourse___Paris      CAC_40

La bourse et le CAC 40, alpha et omegade la non-pensée politique sarkozyienne...

 

Du voyage en Chine on retiendra les signatures de contrats pour des entreprises françaises à hauteur de 10 milliards d’Euros :  

  • Areva : vente de deux réacteurs de 3e génération EPR 

  • EADS : commande d’Airbus  

  • Sans compter les espoirs d’Alstom, d’EADS ou encore de Suez.

D’Algérie, Nicolas Sarkozy revient avec des contrats au profit de Total, de Gaz de France et d’Alstom notamment, à hauteur de près de 5 milliards d’euros.

Nicolas_Sarkozy_salue_Mouammar_Kadhafi_lors_du_sommet_UE_Afrique__le_8_d_cembre_2007___Lisbonne

Nicolas Sarkozy saluant chaleureseument le colonel Kadhafi, le 8 décembre 2007, lors d'un sommet Euro-Afrique pendant lequel le dictateur lybien s'était livré à une justification du terrorisme international

Quant à la visite prochaine du colonel Kadhafi, certains se demandent si l’accueil d’un dirigeant encourageant à mots couverts le terrorisme international, dictateur impénitent et responsable de multiples attentats visant des Occidentaux, n’est pas le prix à payer de la très médiatique libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien. La question d’une rançon demeurant une hypothèse non confirmée. Au-delà, les promesses de ventes d’armes françaises, d’équipements civils et autres, pour un montant de 10 milliards d’euros, sont au cœur des préoccupations du président de la République.

L_avion_Rafale

Les avions français Rafale, jusque là invendables à l'étranger, seront vendus à notre "ami" lybien

.

_______

 

 

Drapeau_de_l_AllemagneFinalement, c’est la chancelière allemande qui endosse la "diplomatie des valeurs" abandonnée par la France, expliquant très franchement à ses détracteurs : "C’est à moi seule de décider qui je reçois… En politique étrangère, nous n’avons pas droit à la contradiction entre nos valeurs et nos intérêts économiques". Visant implicitement l’affection nouvelle de M. Sarkozy pour M. Poutine.

.

LA FASCINATION NAÏVE POUR LES "HOMMES FORTS", POUR LES GAGNEURS, MÊME STUPIDES OU DESPOTES:

 Comment expliquer ce piétinement assumé de principes dits autrefois "universels" sur l’autel d’amitiés présidentielles plus que douteuses?

  • Avec un Bush au bilan calamiteux, en fin de courseet dont les partisans manifestent une fancophobie maladive, Nicolas_Sarkozy_et_Georges_Bush_le_7_novembre_2007l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine avait concocté un pique-nique lors de ses premières vacances en tant que chef d’Etat, à l’été 2007. Si l’on s’accorde sur le simple fait qu’un président ne s’appartient plus totalement à lui-même et qu’en tant que mandataire du peuple, ses moindres gestes auront une portée symbolique le dépassant, on peut s’inquiéter d’un tel empressement à s’afficher comme l’ami d’un chef d’Etat aussi détesté de par le monde et dont la politique, pas la personne, avait été vivement et justement combattue par la France de Jacques Chirac. L’omission du mot Irak dans le discours prononcé par M. Sarkozy le 7 novembre 2007, devant le Congrès des Etats-Unis d’Amérique, ajoute à la confusion qui prévaut en matière diplomatique dans notre pays.

Manifestations_de_citoyens__tats_uniens_contre_la_guerre_en_Irak

Manifestations de citoyens états-uniens pour arrêter la guerre en Irak, qui dure depuis 2003 et endeuille des milliers de familles... Guerre dont M. Sarkozy ne dit pas un seul mot lors de son allocuation au Congrès des Etats-unis d'Amérique le 7 novembre 2007, silence pesant et troublant...

  • Le soutien très chaleureux et empressé apporté par la France à M. Poutine, au terme d’une élection législative –et non présidentielle- que ce dernier pilota de main despotique, dans le mépris des règles démocratiques élémentaires, pose également question.

Vladimir_Poutine

Vladimir Poutine, ancien du KGB, qu'on aurait tort de sous-estimer, encore plus de mépriser, mais de là à le congratuler chaleureusement après des élections truquées... Il y a un pas que seul un écervelé saurait franchir.... Et nous ne pensons pas ici au président iranien

  • Quant à l’accueil d’Etat et au tapis rouges qui sera déployé pour la tente du colonel Kadhafi, qui persiste à plus ou moins justifier le terrorisme international, ils pourraient nous laisser pantois.

Mouammar_Kadhafi

Mouammar Kadhafi, l'ami du président, et de son ex-épouse, Cécilia, accessoirement grand argentier du terrorisme international

Mais ce qui caractérise ces trois hommes fort différents, outre leur mépris pour les principes juridiques et démocratiques européens et français, c’est qu’aux yeux d’un chef d’Etat fasciné par les réussites financières et les gagneurs, sans s’interroger jamais ou si peu sur les moyens employés, ils semblent être de "grands hommes".Cette notion hégélienne vieille de plus d’un siècle reparaît par la fenêtre d’un monde "ensauvagé", où règne le droit du plus fort, où le lent et labeur de la civilisation se fissure à la vitesse du TGV.

.

On ne saura probablement jamais si M. Sarkozy aura pris le temps une fois dans sa vie de lire Hegel et de comprendre La_raison_dans_l_Histoirecomment sa pensée fut instrumentalisée ultérieurement par des dirigeants politiques despotiques. Mais ses embrassades décomplexées avec des Poutine, des Bush ou des Kadhafi s’éclairent d’un jour inquiétant quand on relit La raison dans l’Histoire. Si les "grands hommes" du XXIe siècle ne sont peut-être tous que des chefs militaires, ils en partagent une même conception des relations internationales : la compétition, la guerre commerciale, la conquête de marchés etc.

.

Fi des principes humanistes comme du sort du monde et des peuples qui essayent d’y cohabiter.

.

Ainsi celui que l’on considère comme l’un des pères de la philosophie de l’histoire écrivait-il : "Ce sont maintenant les grands hommes historiques qui saisissent cet universel supérieur et font de lui leur but ; ce sont eux qui réalisent ce but qui correspond au concept supérieur de l’Esprit. C’est pourquoi on doit les nommer des héros. […] Leur justification […] c’est l’Esprit caché, encore souterrain, qui n’est pas encore parvenu à une existence actuelle, mais qui frappe contre le monde actuel […]".

.

Quel est donc l’esprit caché qui, tout en frappant "le monde actuel", préside aujourd'hui à la politique étrangère française, difficile à dire. L'argent, le commerce, les ventes d’armes, la volonté de s'aliéner les peuples "opprimés" pour faire la mendicité aux plus "puissants" ?

La_diplomtatie_fran_aise__un_business_plan

La diplomatie française, un vulgaire business plan?

.

L’incohérence, les effets d’annonce brutaux, les retournements de veste hasardeux renvoient l’image d’une France déboussolée, privée en fait de concepts clairs à proposer au monde, n’émettant plus aucun message politique –hormis les actes isolés de sauvetage d’otages qui doivent être mis en œuvre et le sont fort heureusement.

.

Une fois encore, Ségolène Royal en appelait à "un autre visage", à "une autre mission" qui est celle de la France...

.


Ségolène Royal 1_2 chez Bourdin RMC
envoyé par azg848. - L'info internationale vidéo.

.

La chef de l'opposition de rappeler le primat de la morale publique et des droits de la personne humaine, mais aussi de dénoncer les annonces élyséennes fanfaronnes de contrats de vente d'armes, ce qui n'est pas glorieux en soi, mais n'est parfois pas du ressort du président de la République, est déjà en cours ou l'était avant la rencontre Sarkozy-Kadhafi... 

DES GAFFES ET DES INURES DE DESTRUCTION MASSIVE CONTRE NOTRE CREDIBILITE : LA FRANCE RIDICULISEE ET JUSTEMENT CONSPUEE :

Cette fonction présidentielle, l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine, dépourvu de "for intérieur" et encore plus de toute espèce d’"idée de la France", avait déjà prouvé au cours de sa campagne qu’il serait incapable de l’assumer. Les censures, les pressions venues du parti de l’UMP et de ses relais médicatico-financiers aidant, les Français furent privés de ces avant-goûts plus qu’amers de ce qu’allait être le pouvoir Sarkozy.

  •  L'ALLEMAGNE

Pendant la campagne présidentielle, l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine avait scandalisé la presse allemande en opposant artificieusement la France des droits de l’homme à l’Allemagne de la Solution finale, le tout pour justifier son refus de repentance –qui soit dit en passant, n’a rien à voir avec l’Allemagne puis qu’il s’agit avant tout d'une question posée au nom des pays qui appartenaient à l’Empire colonial français.

Sarkozy greift Deutschland an
Vidéo envoyée par rachelmini

 M. Sarkozy, ses propos de campagne, passés sous silence, sur la France et l'Allemagne...

Passe d’armes déplorable sur la dette le 9 juillet 2007 avec le ministre allemand des Finances, Peer Streinbrück, à Bruxelles. Nicolas Sarkozy avait cru bon d’imposer sa présence lors d’un conseil interministériel, ajoutant encore à la confusion des fonctions présidentielle –irresponsable- et ministérielle –co-responsable devant le Parlement et les représentants élus du peuple. Il imitait ce faisant l’attitude incivique de Silvio Berlusconi. Peer Steinbrück, soulignant le creusement de la dette française induite par le "paquet fiscal", offrant 15 milliards d’euros à la minorité des plus favorisés, critiqua la "politique française des cadeaux fiscaux" destinée à un électorat privilégié. Le président de la République française de se cabrer et de refuser qu'un "simple ministre" osât s'adresser à lui sur ce ton. D’aller jusqu’à réclamer à Angela Merkel des excuses publiques.

.

Plus tard, Nicolas Sarkozy commettra la bourde de traiter le nouvel ambassadeur allemand en France d’"hypocrite" pour lui reprocher l’image déplorable qu’il inspire à l’opinion allemande.

.

 

Angela_Merkel__chanceli_re_allemandeEn septembre 2007, c’est la chancelière elle-même Mme Merkel qui avait eu droit à une insulte en Conseil des ministres : c’est une "femme de l’Est", donc dépourvue de "proximité affective avec la France"…

.

Les relations franco-allemandes avaient pris, depuis de Gaulle et Adeanauer, une dimension historique et politique cruciale. On ne sait plus trop à quel niveau de bassesse l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine les fera tomber…

.

 

Aujourd’hui, c’est la création d’une Union méditerranéenne, sous l’égide de la France, en concurrence avec l’Union européenne, qui inquiète l’Allemagne. Le 6 décembre 2007, le président de la République était donc rappelé à l’ordre par Angela Merkel : "Nous n'avons pas de côte sur la Méditerranée mais cela ne signifie pas que nous ne nous y intéressons pas. [...] La Méditerranée, c'est une préoccupation pour tous les Européens", a-t-elle dit avant de mettre en garde la France :"Si, à côté de l'Union européenne, les Etats riverains de la Méditerranée devaient constituer une deuxième union totalement différente, j'ai dit que cela risquait de constituer une épreuve difficile pour l'Europe".

 Les relations franco-allemandes, autrefois clef de voûte de la construction européenne et priorité de la politique étrangère française ne peuvent que sortir affaiblies de toutes ces initiatives instinctuelles, précipitées, sans même revenir sur les insultes proférées à l’égard des mandataires du peuple allemand.

.

 

De_Gaulle_Adenauer Mitterrand_Kohl Chirac_et_Scr_der

Faire la paix, panser les plaies, dépasser les rancoeurs historiques, maintenir le cap malgré les contentieux économiques, De Gaulle et Adenauer, Mitterrand et Kohl, Chirac et Schröder...

.

Ségolène Royal avait vivement rappelé l'importance de ces liens et plaidé pour son approndissement civique, universitaire, culturel etc.

.


Segolene - Paris Berlin - Fatcat
envoyé par segolene-royal. - L'info video en direct.

  •  L'AFRIQUE SUBSAHARIENNE

 Discours raciste de sarko à dakar - 26 juillet 2007
Vidéo envoyée par henneji

M. Sarkozy avait promis d’en finir avec le néocolonialisme, dont on accuse la politique française en Afrique. De là à insulter "l’homme africain", il y a un pas que personne, au XXIe siècle, n’aurait osé franchir depuis la tête d’un pays comme le nôtre : M. Sarkozy l’a fait en déclarant à Dakar, dans une allocution à la jeunesse, le 26 juillet 2007: "Le paysan africain, qui depuis des millénaires vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles".

Piroguiers_au_Congo_belge

Piroguiers congolais à l'époque de la colonisation belge, ces hommes-là et leurs enfants epuvent-ils être insultés comme ils le sont par M. Sarkozy?

 La France, autrefois respectée à l’ONU, dont la parole portait à travers le monde entier, est désormais complètement ridiculisée.

Ainsi Doudou Diène, rapporteur spécial de l’ONU sur le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie,Sigle_ONUaccusait, devant les Nations unies, le président Sarkozy de "légitimer le racisme". 

.

Le 22 novembre 2007, il précisait sa pensée dans un entretien à Libération, affirmant que le "discours à Dakar s’inscrit dans ce que je dénonce, dans mon rapport à l’ONU, comme une dynamique de légitimation scientifique et intellectuelle du racisme par les élites. [...] Le discours de Dakar relève expressis verbis des discours racistes des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. A l’époque, une abondance de textes légitimaient la colonisation en la présentant comme une entreprise de civilisation pour apporter les lumières à l’homme africain. Sarkozy reprend presque les mêmes arguments". Son discours, reprenant la vieille litanie sur "l’infériorité intellectuelle des Africains", précisait-il, avait "profondément blessé en Afrique", ce que tout être sensé peut comprendre aisément.

 

Abdoulaye_Wade__pr_sident_s_n_galaisLe jeudi 6 novembre, le président sénégalais Abdoulaye Wade revenait sur ce discours émaillé de propos "inacceptables". Il ajoutait, soulignant l’irresponsabilité sarkozienne : "Je suis un peu limité parce que je suis un chef d’Etat, il y a des choses que je ne peux pas dire d’un Etat ou d’un chef d’Etat" mais "Sarkozy vient d’arriver au pouvoir, il a beaucoup à apprendre". Certains en France glosaient doctement sur le caractère tardif de la réaction présidentielle sénégalaise, mais on peut craindre que celui-ci s’expliquât par la prudence vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale mais aussi par la nécessité pour M. Wade de relayer le mécontentement virulent des opinions publiques africaines.

_____

 

Les_membres_de_l_Arche_de_Zo_Le 6 novembre 2007, c’est dans un esprit similaire, mêlé d’irresponsabilité et de mépris pour les réalités internationales,Palais_de_Justice_tchadien que M. Sarkozy avait affiché, s’agissant des Français de l’Arche de Zoé arrêtés, détenus et jugés au Tchad, après avoir tenté d’enlever, non sans complicités tchadiennes, des enfants vers l’Hexagone, sa volonté d’aller "chercher tous ceux qui restent, quoi qu’il aient fait". Il déclenchait ainsi un tollé au Tchad et au-delà, décrédibilisait encore une fois la France, manifestant un autoritarisme désuet, impuissant et provoquant des manifestations hostiles d’une vigueur inouïe.

.

Quand on connaît le goût pour le droit de nombreux Africains, et ce même si les régimes africains au pouvoir sont souvent hors la loi, quand on admet, il faut le reconnaître et tous les professeurs de droit comparé le savent, la capacité qu’ils ont à utiliser toutes les ressources juridiques à leur disposition dès qu’ils le peuvent, on se demande comment se fait-il qu’aucun conseiller de M. Sarkozy n’ait pu prémunir les Français d'une déclaration aussi navrante que nocive.

.

 

Sommet_France_Afrique_de_la_Baule_en_1990

Le sommet France-Afriquede la Baule, sous la houlette du président de la République française François Mitterrand, impliquant des avancées significatives en termes de démocratie dans les pays aidés par la France... Ingérence pour les uns, inutile pour les autres, néocolonial pour d'autres encore, à l'époque, les insultes n'étaient pas dans la bouche de l'Elysée...

 

 L’Afrique, depuis des siècles a maille à partir avec l’Europe et la France. Les décolonisations menées par de Gaulle impliquaient que des liens ténus, parfois trop ténus, fussent préservés dans l’intérêt de la France, mais aussi, çà et là, dans celui des pays africains eux-mêmes.

Qu’on se le dise, le continent africain se tourne dorénavant vers d’autres cieux, que ce soit économiquement ou politiquement, et cela continuera, au détriment d’une petite France recroquevillée sur son anachronique "identité nationale", garantie par M. Brice Hortefeux.

En 2007, SégolèneRoyal native de Dakar, aura vivement condamné toutes ces déportements aussi maleheureux que nocifs pour notre pays... Au contraire, elle avait martelé, consciente à long terme des grands bouleversements du monde, que l'Afriqueétait l'avenir de l'Europe. De rappeler aussi le scandale du déni du rôle crucial des tirailleurs sénégalais morts ou blessés pour la liberté de la France.


Ségolène Royal au Sénégal - JT 20H
envoyé par omar95. - L'actualité du moment en vidéo.

 


Afrique : Je vote Ségolène Royal
envoyé par psparis10. - L'actualité du moment en vidéo.

 


"L'Afrique" de Ségolène Royal...
envoyé par LiliTheKing. - L'info internationale vidéo.

Dans La vérité d'une femme,  SégolèneRoyal avait tranché dès 1996, sans grandiloquence, manichéisme, ni repentance ni victimisation mais avec lucidité et enthousiasme :

"Que faire avec l'Afrique? La question ainsi posée s'oppose volontairement à la formulation habituelle :La_v_rit__d_une_femme_de_S_gol_ne_Royal que faire pour l'Afrique. Transformer un continent mendiant en une puissance partenaire, voilà bien l'enjeu extérieur qui doit mobiliser la gauche, avant même le début du prochain millénaire. [...] Il est temps pour notre pays de jeter les bases solides d'une politique africaine inspirée par le respect de l'Etat de droit, la sécurité des transactions et la transparence des affaires, par un contrôle rigoureux des capitaux. Puissance pétrolière, réserve écologique, lieu de possible invention d'une modernité attentive aux valeurs humaines de partage et de solidarité, l'Afrique est une amie précieuse et rare".

A mille lieues du néocolonialisme sarkozien...

  • LE MONDE ARABO-MUSULMAN

Jacques_ChiracLa popularité de Jacques Chirac dans le monde arabo-musulman s’était construite, non pas seulement sur des critères commerciaux ou sur un chiffre de ventes d’armes, mais sur une ligne politique, qu’on la déplore ou qu’on s’en satisfasse, aidant les Palestiniens tout en exigeant la sécurité pour Israël, maintenant des liens politiques même difficiles avec le Maghreb, et au final, s’opposant à la guerre états-unienne en Irak en 2003. La dimension culturelle de ces relations n’est pas non plus à négliger.

.

 

La campagne présidentielle et, l’on pourrait dire avec le New York Times, la courte carrière politique de l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine, Nicolas Sarkozy, se sont fondées sur la méfiance à l’égard des immigrés et, à son paroxysme, sur des injures inqualifiables à l’égard des citoyens français de confession musulmane. Son instrumentalisation brutale mais habile du thème, certes révulsant, de la "repentance" fut trop brutale elle-aussi.

.

On peut penser que la France n’en aura pas fini de subir les contre-coups. Mais l’enjeu, à court terme, comme toujours, était pour M. Sarkozy de ramener à lui les électeurs du Front national de Jean-Marie Le Pen, mission accomplie d’ailleurs.

Sarko aime pas certains moutons,il préfére les siens
Vidéo envoyée par ubu_roi

Le candidat Nicolas Sarkozy, insultant en direct, sur une chaîne de grande audience, les musulmans de France, leur prêtant les pratiques que leur imputait le discours colonial au temps de l'"Algérie française"

 

Croire que tout cela a pu échapper aux dirigeants politiques arabo-musulmans, comme aux opinions publiques maghrébines, serait d’une naïveté irresponsable.

MLes démonstrations grotesques d’affection à l’égard de George W. Bush, ultra-médiatisées, l’aval in fine, donné à l’intervention en Irak, alimentent les craintes de l’ensemble des pays ou des peuples amis de la France d’un alignement de la politique étrangère française sur les credo périmés des néoconservateurs états-uniens. C'est un fait.

 

Plus grave encore, la montée sur ses ergots du ministre, dit d’"ouverture", des Affaires étrangères nommé par M. Sarkozy, Bernard Kouchner déclarant que la "France devait se préparer au pire", c’est-à-dire "à la guerre" contre l’Iran, a stupéfait jusqu’à la Maison-Blanche elle-même. Le monde arabo-musulman, jusque là attentif aux symboles émis par la République française, redoublera d’inquiétude et de défiance.

Koucher sur rtl vidéo_0001
Vidéo envoyée par lefigaro

Le 16 octobre 2007, le ministre des Affaires étrangères nommé par M. Sarkozy annonce que la France doit se préparer à la guerre contre l'Iran, sur la radio et la télévision françaises... Au plus grand étonnement des Etats-Unis eux-mêmes! 

 

A la veille du  voyage d’Etat du président français en Algérie, Mohamed Cherif Abbés, ministre algérien des Nicolas_Sarkozy_en_Alg_rie_en_d_cembre_2007Combattants pour l’Indépendance, déclarait dans ce contexte, fin novembre 2007, au quotidien El Khabar, que Nicolas Sarkozy devait son élection au "lobby juif" hexagonal. Il allait plus loin, manifestant à haute voix un antisémitisme latent dans une partie du monde arabo-musulman, estimant que "les origines du président français", juives évidemment, étaient en cause. Plus précis dans l’ignominie, il ajoutait que la constitution d’un gouvernement d’ouverture, terme fallacieux dont excipe M. Sarkozy, n’était que "le résultat d’un mouvement qui reflète l’avis des véritables architectes de l’arrivée [du maire de Neuilly-sur-Seine] au pouvoir, le lobby juif qui a le monopole de l’industrie en France".

 

Propos inacceptables, que l’ONU se devrait bien de condamner comme elle condamne les dérapages sarkozyens sur l’Afrique, mais qui, loin d’être anodins, reflètent la défiance durablement installée entre les deux rives de la Méditerranée et au-delà.

 

Là encore, les temporisations des chefs d’Etat français et algérien ne peuvent être jugées satisfaisantes. Mais le débat sur la colonisation, caricatural dans la bouche du candidat Sarkozy, s’est peut-être heureusement pacifié à l’issue du voyage du président Sarkozy. Il faut l’espérer en tous cas.

Car la France a tout à perdre à s’aliéner Maghreb et Machrek dans des périodes de turbulences internationales mettant en danger la vie des peuples occidentaux. Dans une France où la population d’origine maghrébine et un nombre important de citoyens de confession musulmane doivent à tout prix devenir des citoyens de la République française comme les autres, la mesure devrait être de mise.

Ben_Laden_ou_la_fusion_du_religieux_et_du_politique

Le terrorisme islamiste est un vrai danger, requérant fermeté mais aussi prudence de la part des dirigentas occidentaux

A tout le moins, on pourrait exiger un peu plus de cohérence et moins de violence, le projet flou d’Union méditerranéenne ne satisfaisant que peu de monde, et certainement pas l’Allemagne… Les liens multi-séculaires avec le Liban ne doivent pas non plus être remisés aux oubliettes d’une histoire pourtant féconde.

Ségolène Royal proposait en 2007 d'éviter tout alignement sur nos alliés états-uniens qui risquerait de freiner la paix entre Israéliens et Palestiniens devait être dotés d'un Etat, de bâtir également une relation de confiance avec tous les pays de la Méditerrannée francophone, à commencer par le Liban, d'où elle condamna à nouveau la politique de George W. Bush.


Juste une mise au point ...
envoyé par skidoo. - L'info video en direct.

_______

Prémonitoire, Alexandre Dumas, qui repose aujourd'hui au Panthéon, évoquait déjà le triomphe de la "diplomatie des marchands"... Hillary Clinton, candidate démocrate à la Maison-Blanche, a fustigé "la diplomatie de cow-boy", pratiquée par le président George W. Bush, dans le mépris de l'ONU et la haine de la France, qu'il fallait "punir" lorsqu'elle s'était opposée à la guerre en Irak. Notre président ferait bien d'y réfléchir.

La France de Nicolas Sarkozy, archaïque et déclassée à tous points de vue, n'est en fait plus présidée. Aucune vision claire du pays comme du monde ne conduit la politique étrangère française, réduite au commerce et à un réalisme que la chancelière allemande partage, mais qu'elle sait combiner avec l'affirmation des principes démocratiques et humanistes élémentaires.

Les cris d'orfraie de mauvaise foi de la secrétaire d'Etat française aux droits de l'homme, Mme Rama Yade, n'y changeront rien. La "résignation" pitoyable du pseudo ministre des Affaires étrangères, M. Bernard Kouchner non plus.

De plus, la tragi-comédie de "ministres", constitutionnellement solidaires de la politique gouvernementale, mais "désolidaires" à la télévision ou à la radio, dégrade profondément la vie politique française.

Les débats sur des sujets aussi sensibles n'ont pas à se dérouler au sein du gouvernement ni sur les plateaux de télévision, mais au sein du Parlement, où siègent les représentants élus du peuple français.

Cette stratégie de confiscation du débat public par le gouvernement est une véritable atteinte à la Constitution comme à la démocratie. La volonté de vouloir écraser les oppositions gaulliste, centriste, libérale, socialiste, communiste, verte, radicale, républicaine et citoyenne, en fait toute l'opposition républicaine et humaniste présente à l'Assemblée nationale ou au Sénat, est intolérable. Les grands médias devraient s'en aviser.

Le refus de tout référendum, sur des questions comme l'Europe, la fusion des postes de président et de premier ministre -qui constitue un quasi coup d'Etat constitutionel-, l'indépendance de la presse et des médias audiovisuels ou encore la réorientation éventuelle de la politique étrangère, est du même ordre.

En outre, une grave dérive se produit sous nos yeux, lorsqu'un président de la République n'assume plus les discours qu'il signe et prononce au nom de la France. Les controverses après la prise de conscience de la dimension néo-coloniale d'une partie du discours de Dakar ont fait monter au créneau Henri Guaino, conseiller spécial du président et auteur autoproclamé de cette allocution. Jamais dans l'histoire de la République un président n'a chargé  ses conseillers de défendre une déclaration officielle. Ceux-ci n'ont aucune légitimité démocratique, il ne faudrait pas l'oublier. Ils n'ont pas vocation à dédouaner la responsabilité politique et historique du chef de l'Etat.

M. Sarkozy est le seul et unique responsable de l'intégralité du discours de Dakar, qui se trouve sur le site de la présidence de la République et dont la signature au bas est bien: "Nicolas Sarkozy". Voilà une nouvelle dérive sur laquelle les médias ne se sont pas encore attardés, et qui est pourtant extrêmement préoccupante. M. Guaino n'a aucun mandat pour porter la voix de la France, aucun. Le gouvernement ou le régime des conseillers est d'un autre âge que celui de la démocratie...

Il est donc clair aujourd'hui que M. Sarkozyn'avait pas, et n'a pas acquis depuis son accession à l'Elysée, la carrure d'un chef d'Etat. Sur le plan intérieur, il ne "conduit" la France à rien d'autre -et encore- qu'au "travail" et à la consommation. Sur le plan mondial, à part courtiser les "puissants" et mépriser les "faibles", entre deux sauvetages louables d'otages, rien de consistant.

Que les Allemands insultés, les défenseurs des droits de l'homme emprisonnés, les "opprimés" que M. Sarkozy s'était promis de défendre, que les Africains et tous les amis de la France se le disent, il n'y a aucun consensus sur la politique étrangère actuelle du pays. Tout simplement parce qu'elle n'existe plus. Il y a en fait vacance de la France sur la scène géopolitique mondiale... Peut-être un jour reviendra-t-elle...


La Diplomatie selon Ségolène
envoyé par skidoo. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

La face du monde n'en eût peut-être pas été changée mais au moins celle de notre pays oui, si Ségolène Royal avait été élue Présidente... Rendez-vous est pris pour 2012...